A vos « MARQUES » prêt, existez !

Plus connue sous le nom Loi Macron, la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, a surpris tous les acteurs du tourisme français en dévoilant sans crier gare, l’article 33 octies.

2 chiffres, 6 lettres, qui viennent mettre un terme à la parité tarifaire imposée par les intermédiaires du tourisme en ligne et redonnent à l’hôtelier « la liberté de consentir au client tout rabais ou avantage tarifaire, de quelque nature que ce soit ».

En quelques heures, les réseaux sociaux s’enflamment et le 33 octies s’invite partout sur la toile. Certains jubilent, d’autres jouent leur dernière carte et prédisent une « guerre des prix exacerbée ». Les propositions de Booking.com, du mois d’avril, qui suggéraient de conserver une parité tarifaire uniquement entre le site internet de l’établissement et lui même, viennent d’être étendues à l’Europe.
Ainsi Carlo Olejniczak, directeur de Booking.com pour la France, dans une déclaration à l’AFP souligne que notre pays fait cavalier seul, et qu’on « s’éloigne d’un accord européen ». Une page semble se refermer sur deux années de revendications, de doutes et d’échanges entre les différents acteurs.

Petite victoire ou grande défaite, telle est la question qui occupe ma pensée lors de mes longs trajets pour accompagner les hôteliers à mener une politique de revenue performance. Que va-t-on faire de cette liberté nouvelle ? L’hôtellerie est-elle prête à exister sans intermédiaire ou à substituer une partie de volume de l’un vers l’autre ? Le prix est-il le seul élément déclencheur d’achat ?

Nous avons souvent espéré voire fantasmé une « réservation en direct ». Un joli monde ou le consommateur responsable préfèrerait payer le même prix mais en direct chez nous, sur un site internet peu flatteur, ou la navigation n’est pas très intuitive, ou la marque n’est pas valorisée parce que notre métier, ce n’est pas internet, c’est l’accueil de nos clients… un monde qui n’existe pas.

Oui, l’article 33 octies replace le site internet de nos établissements, au cœur du parcours d’achat de nos clients. Proposer des tarifs moins chers sur ses propres espaces de vente en ligne est une chance. Ne pas investir sur sa marque et sur son dispositif digital, un non-sens.

Fort des rencontres qui ponctuent mon quotidien lors de mes missions au sein du département Revenue Performance de My Solution Factory, et outre l’expérience en ligne qui est devenue déterminante dans la décision d’achat, la question de la gestion de sa politique tarifaire et de sa distribution me taraude.

Combien ont le droit de vote et se préfèrent abstentionnistes?
Combien d’hôtels vont utiliser cette liberté et mettre en place une politique de Revenue Management forte, ainsi que tous les outils et moyens humains permettant de faire émerger leur marque et d’optimiser leur revenu.

Les hôteliers vont-ils se mobiliser pour convertir cette nouvelle chance d’exister ou vont-ils se contenter d’en avoir le droit?

 

Jean-Patrick Lebrun, Directeur de My Solution Factory.

Posté le 1 juillet 2015 dans ACTUALITES

Partager cette histoire →

L'agence API & YOU

API & YOU, agence conseil et communication

Conseille, imagine et conçoit votre stratégie de communication et digitale.

Nos expertises :

STRATEGIE | MEDIA | BIG DATA | DESIGN

MARKETING DIGITAL | SOCIAL MEDIA | E-COMMERCE

Back to Top